JE M’ABONNE À SLOWLY VEGGIE !

6 bonnes habitudes à prendre pour adopter un mode de vie zéro déchet et limiter le gaspillage !

Le principe du zéro déchet est simple, on remplace les produits de la société de sur-consommation, qui sont souvent jetables, par du lavable, du recyclable, du réutilisable… bref, du durable. Il n’est pas toujours évident de savoir par où commencer quand on a été habitué pendant de longues années à utiliser du plastique. Voici 6 gestes simples à adopter, qui vont changer votre manière de consommer.

1. Toujours avoir des sacs à vrac sur soi


Il n’y a pas de secret, les emballages sont une des plus grandes sources de gaspillages au quotidien. Donc réduire au maximum sa consommation de produits emballés (voire sur-emballés), c’est déjà un bon moyen de réduire ses déchets. Comment on fait ? Concrètement, on trouve des sacs à vracs chez des petites créatrices ou dans des boutiques spécialisées. Mais la meilleure solution reste encore de les coudre soi-même en recyclant une nappe tâchée, une taie d’oreiller dépareillée ou un T-shirt trop petit, ou de demander à quelqu’un qui a une machine à coudre de nous rendre ce petit service. Le principe ? Pour éviter de céder à l’achat d’un produit emballé, ayez toujours sur vous quelques sacs à vrac, prêt à être utilisés (il en faut en moyenne une quinzaine pour une famille de 3 personnes, pour une semaine de courses). À la boulangerie, à l’épicerie ou chez le maraîcher, on refuse tout de suite l’emballage en papier ou en plastique pour demander au commerçant d’utiliser le sac à vrac à la place.

2. Acheter ou fabriquer des cosmétiques solides


Autre moyen de diminuer drastiquement sa consommation d’emballages inutiles : les cosmétiques solides. Shampoing, déodorant, dentifrice et savon pour le corps… On trouve désormais de nombreux produits du quotidien au format solide, plus besoin de bouteille ni de tube en plastique. Si vous n’avez pas l’habitude de ce type de produits, il vous faudra peut-être faire preuve d’un peu de patience avant de vous y faire, notamment pour le shampoing solide, dont la composition super clean (sans silicone qui étouffe la fibre capillaire) a besoin de quelques lavages avant de faire ses preuves et que le cuir chevelu ne s’y habitue.


Lire aussi :  Zéro déchet : la recette de la lessive maison


3. Remplacer les cotons démaquillants par des cotons lavables


La production de coton est un désastre écologique à l’échelle mondiale. Et ce n’est pas très étonnant, quand on sait que près de 30 millions de tonnes de cotons démaquillants sont produits dans le monde chaque année, ça fait quand même un bon nombre de déchets qu’on pourrait éviter. Pour adopter le mode de vie zéro-déchet aussi dans sa salle de bain, on remplace ses cotons démaquillants jetables par des alternatives écologiques, c’est-à-dire lavables. Comme pour les sacs à vracs, de nombreuses petites créatrices fabriquent des cotons démaquillants lavables, mais si vous savez coudre ou connaissez quelqu’un qui peut s’en charger, coudre ses cotons démaquillants soi-même en recyclant des vêtements inutilisés est encore la meilleure solution. Comment s’y prendre ? Pour un coton démaquillant efficace, il faut penser à choisir 2 types de tissus différents, un tissu éponge (type serviette de bain) et un tissu plus doux (notamment pour le démaquillage des yeux), l’envers d’un sweat ou un tissu microfibres est parfait pour retirer les traces de maquillage les plus tenaces.

4. Utiliser des bocaux en verre


Fini les contenants en plastique, on investit dans quelques bocaux en verre ou on réutilise ses pots de confiture ou de conserve en verre pour stocker les pâtes, le riz, les lentilles qu’on aura acheté en vrac, et donc sans emballages. Même principe pour sa lunchbox, on troque le plastique pour des bocaux en verre, qui ont en plus l’avantage de ne pas dégager de substances nocives lorsqu’ils sont chauffés au micro-ondes.


Lire aussi :  La fermentation : une technique de conservation écologique


5. Investir dans des couvercles réutilisables


Limiter le gaspillage en accommodant les restes c’est bien, mais si on utilise un film plastique pour conserver les-dits restes au réfrigérateur, c’est quand même dommage. Sur le même principe que les cotons démaquillants lavables, on investit dans quelques couvercles en tissu, toile cirée ou coton enduit de cire d’abeille (alternative non végane cependant) qui se lavent d’un coup d’éponge et se rangent sans prendre plus de place qu’un rouleau de film plastique.

6. Se mettre au furoshiki, l’emballage écologique


Le furoshiki est une technique japonaise qui remplace facilement n’importe quel emballage, et rend inutiles de nombreux sacs en plastique. On place l’objet à emballer au centre d’un carré de tissu, qu’on replie habilement avant de nouer le tissu restant. Avantage supplémentaire du furoshiki : offrir un cadeau dans un furoshiki évite le papier cadeau qui finira immanquablement à la poubelle, et rend le présent résolument unique.

Texte : Victoria Marty