le radis noir vegan

JE M’ABONNE À SLOWLY VEGGIE !

Derrière sa peau ténébreuse, ce radis à la chair opaline ne manque vraiment pas de piquant. Le blacklister ? Oh, que non ! Zoom sur le radis noir, atout du régime vegan.

Le radis noir en tenue de soirée… Quelle force !

Sa richesse en vitamine C explique ses vertus revitalisantes : il paraît que les Égyptiens le distribuaient aux ouvriers qui construisaient la pyramide de Gizeh !

En outre, le radis noir appartient à la famille des crucifères, dont les propriétés antioxydantes et anticancéreuses sont connues.

Ami de l’estomac ?

Eh oui ! Le radis noir contient de la raphanine, une substance aux vertus antiseptiques, qui limite l’adhérence de la bactérie Helicobacter pylori (à l’origine des ulcères gastriques) aux parois
de l’estomac.


Lire aussi : Les pois chiches, une relation passionnelle partagée


On respire…

Expectorant, il nettoie les bronches et élimine leurs sécrétions grâce à ses composés soufrés et antibactériens. On peut même en faire un sirop maison : découpez-le en rondelles, placez-les dans un bocal avec du sucre (radis et sucre à poids égal). Laissez macérer une journée, filtrez. La posologie est de 2 à 4 c. à soupe par jour, ce sirop se conservant 3 jours au frais.

À bas le gras, vive le vegan !

Les études montrent qu’après 6 jours de traitement (1 c. à soupe ou 1 ampoule de jus de radis noir 3 fois par jour), il diminue les niveaux de cholestérol et de triglycérides dans le sang et fait augmenter le taux de HDL (le bon cholestérol). Autant d’effets positifs pour la santé cardio-vasculaire.

Radis noir : un draineur surdoué

Légèrement diurétique, c’est un grand dépuratif du foie, car il booste la sécrétion de bile et améliore ainsi la digestion. Accélérateur des échanges métaboliques, c’est un très bon détoxifiant – on l’évite juste en cas de calculs biliaires. Ce sont surtout ses racines que l’on consomme sous forme de jus.


Lire aussi : Graines de lin VS graines de chia


Multicarte !

Une fois la peau ôtée, il peut se manger cru ou cuit, râpé ou tranché en rondelles. On peut aussi consommer ses fanes en soupe : on adoucira leur goût en ajoutant des pommes de terre ou des courgettes. Quant à ses graines germées, elles sont plus riches en soufre et en vitamine C que le radis lui-même.

À fleur de peau…

Le jus de radis noir est parfois utilisé en application cutanée pour calmer rougeurs et coups de soleil. On peut aussi en déposer de fines tranches directement sur la peau.

Tout doux !

Pour qu’il soit plus suave, mélangez-le avec une touche d’huile végétale et dégustez-le à la croque-au-sel. Sa saveur perdra un peu en caractère et il se fera alors doux comme une caresse pour ceux dont les muqueuses digestives sont un peu délicates.

Texte : Odile Chabrillac