Croque cake

JE M’ABONNE À SLOWLY VEGGIE !

Croque cake vegan, ou comment revisiter en 2016 la recette du bon vieux cake aux olives !

On pensait que le temps de l’éternel cake chèvre-olives-courgettes – vieille gloire des apéros entre copains – était révolu, remplacé par les très british scones et muffins salés.

Et pourtant, il réapparaît depuis peu, toujours aussi majestueux, si ce n’est plus : eh oui, le cake version 2016 a quelque chose d’affriolant !

Adieu les blocs de pâte compacts et bourratifs, et bienvenue au croque cake, mix gourmand entre le croque-monsieur et le cake, comme son nom le laisse deviner.

Croque cake vegan
Croque cake vegan ©Charlotte Lascève

Le concept du croque cake vegan

Le concept est simple : on empile dans un moule à cake du pain de mie (ou de la brioche, en version sucrée), des lamelles de légumes, des tranches de fromage (gruyère, roquefort…) et un peu tout ce que l’on veut, on hydrate la préparation en y versant de la crème liquide ou de la béchamel, on tasse le tout, puis on enfourne !

À la rédaction, on était un peu sceptiques au départ.

Pourtant, derrière les fourneaux, on s’est amusés avec cette préparation ludique aux mariages infinis.

À la sortie du four, pas question de se jeter dessus comme des voraces !

Jean-Luc Sady, auteur du premier ouvrage sur le croque cake

L’auteur du premier ouvrage de recettes autour de cette tendance culinaire, Jean-Luc Sady*, préconise un refroidissement d’une petite demi-heure avant dégustation pour que le résultat ait de la tenue.

Après test, nous, on irait même jusqu’à le concocter la veille, le laissant ainsi refroidir complètement dans son moule.

Lorsque l’heure de l’apéro sonne, on le réchauffe 10 min à 160 °C et on le sert sans attendre ! Une variante modernisée du cake que des blogs très avant-
gardistes, comme « Cuisinebyana » et « Miamm… Maman cuisine », évoquaient déjà en 2010… Un épiphénomène, à l’époque, devenu LA tendance 2016.

* Croque-cakes, éditions Marabout, 2015, 72 p., 7,99 €. Jean-Luc Sady, photographies Charlotte Lascève.

Maëva Terroy