JE M’ABONNE À SLOWLY VEGGIE !

Sérums, sprays, élixirs alimentaires… Ils ressemblent à des produits de beauté, attisent notre curiosité, séduisent nos papilles et dégomment les préjugés. Décryptage.

 Texte Aurélie Garreau

Cosmétique food, quand le food se rêve cosmétique !

Vous reprendrez bien un peu de sérum ? », « Qui veut un spray de lavande ? » : telles sont les petites phrases qui pourraient bientôt fuser lors de dîners entre amis (branchés !). Elles évoquent ces nouveautés alimentaires, celles qui se glissent dans des habits de lumière empruntés à la cosmétique, quitte à nous troubler.

Cosmétique food, inspiration luxe et beauté

Et c’est bien de cela dont il s’agit : faire tomber les codes habituels du fooding afin d’en créer de nouveaux. Sur ce dernier point, l’inspiration vient essentiellement de l’univers de la beauté et du luxe, plus précisément de son packaging : spray, pot en verre, pipette, flacon… Et le contenant influence l’usage ! Ainsi des huiles essentielles deviennent un sérum précieux, une huile d’olive un parfum rare, une eau-de-vie une lotion « coup de fouet » et un miel un onguent subtil. Et il est fréquent d’être confus devant leurs emballages : à première vue, on jurerait qu’il s’agit du dernier lancement cosmétique en vogue. Lorsque l’on découvre la (gourmande) supercherie, nos repères s’en trouvent bouleversés, mais notre curiosité est bel et bien attisée. Mais au-delà de l’emballage et du contenant, comment s’approprier ces nouveaux gestes étonnants ? Le sérum à base d’huiles essentielles se présente dans un flacon en verre pour une meilleure conservation, et la pipette apporte la précision adéquate pour cette formule concentrée, à distiller avec parcimonie sur une salade ou à ajouter dans une vinaigrette. Voilà l’enjeu : prendre place sur la table et parmi les habitudes de consommation. À chacun de trouver l’usage qui lui correspond le mieux.

Nouveaux gestes, nouvelles sensations, ou quand le food se rêve cosmétique…

Envie de vous lancer ?

Pour ces créations qui cherchent encore leur place, l’idée est de déclencher de nouveaux automatismes pour se différencier et marquer les esprits. La distillerie Massenez a imaginé un spray d’eau-de-vie à base de légumes et de plantes à vaporiser sur des cocktails ou des préparations culinaires. Apparemment, tout ou presque est dans la dimension ludique de ces produits. Chacun peut avoir envie de se saisir du spray ou du compte-gouttes, d’expérimenter un geste original et nouveau, qui, jusqu’à présent, avait plus à voir avec la cosmétique ou l’her-boristerie qu’avec la cuisine ! Pour réussir leur percée, les créateurs commencent par des grands « classiques ». Comme ce miel façon crème pour peaux sèches ou cette huile d’olive qui ressemble à s’y méprendre à Chanel N° 5 (attention, elle est parfumée à la truffe et non au néroli ou au jasmin !). Et pourtant, aucun doute, on sait bien ce que l’on met dans son assiette ou sur sa tartine. Quand des saveurs rares s’associent à de précieux packagings, l’aliment gagne ses lettres de noblesse. Certes, ces produits trompent l’œil et surprennent les papilles, mais quelles que soient les habitudes alimentaires et éventuelles réticences de chacun, il est instructif, voire amusant de les tester. Et, ensuite seulement, de choisir son camp. En beauté !

  1. Précieux. Cosmétique food: un flacon parfait pour nos tables de fête ! Préparationculinaire à base d’huile d’olive, arôme truffe, Château d’Estoublon, 22 € les 100 ml.
  2. Nectar. On fond pour ce mélange de miels de sapin, d’oranger, de sarrasin, d’avocatier et de litchi. Cosmétique food: le Miel des Merveilles, Alexandre Stern, 35 € les 330 g.
  3. Concentré. Quelques gouttes de ces huiles végétales et essentielles rehaussent un plat ou un dessert. Cosmétique food: sérum alimentaire Oleya, Evoleum, 28 € les 30 ml.