JE M’ABONNE À SLOWLY VEGGIE !

En théorie la promesse du batch cooking est simple et efficace : préparer le dimanche en 2 ou 3 heures les bases des repas de toute la semaine. Et en pratique, qu’est-ce que ça vaut ? On fait le point sur une nouvelle tendance culinaire qui pourrait bien nous faire gagner du temps, beaucoup de temps.

Le batch cooking, technique que l’on voit aussi apparaître sous le nom de meal prep sur les réseaux sociaux, séduit de plus en plus de personnes. Quels sont vraiment les principes de ce système d’organisation culinaire ?

Le batch cooking, qu’est-ce que c’est ?

On pourrait être tenté de penser que le batch cooking n’est qu’un nom érudit pour décrire un procédé vieux comme le monde : préparer en plus grande quantité, afin d’avoir de quoi manger pour plusieurs repas. Que nenni, il ne s’agit nullement de préparer de la ratatouille pour tout l’hiver. Le principe du batch cooking est de consacrer quelques heures pendant le week-end ou ses jours de repos pour planifier le menu des jours à venir, et en préparer la base à l’avance. Le jour J, il ne reste ainsi plus les dernières étapes de la recette à finaliser.

3 bonnes raisons de se mettre au batch cooking

batch cooking1. Limiter le gaspillage alimentaire

Même si par ici on aime cuisiner, il faut bien avouer que l’inspiration créatrice n’est pas présente tous les soirs derrière les fourneaux. On fait les courses parfois au jour le jour, souvent avec les yeux plus gros le ventre et le résultat est de manière quasi inexorable le même : un jour on découvre avec horreur des courgettes oubliées et désormais en piètre état dans le fond du réfrigérateur. Et c’est de là dont vient le gaspillage alimentaire, on achète la plupart du temps des aliments sans savoir comment/quand on va les cuisiner. Alors que planifier ses repas à l’avance permet d’éviter les laissés pour compte du frigo.

2. Mieux contrôler son budget

Le batch cooking a l’avantage de remettre un peu d’ordre dans notre planning alimentaire, et par la même occasion dans notre portemonnaie. Outre les économies réalisées en limitant sa surconsommation et le gaspillage, préparer ses repas à l’avance permet aussi d’éviter d’acheter des plats préparés, bien plus chers que des produits bruts à cuisiner.

3. Gagner du temps

Enfin et surtout, s’atteler au batch cooking, c’est aussi un gain de temps considérable. En faisant le plus gros du travail d’un coup, on se dégage assurément du temps passé en cuisine pendant la semaine, mais aussi en magasin, les courses étant sensées être faites en une seule fois.

Batch cooking : 5 conseils pour gagner du temps en cuisine

Si la tendance du batch cooking était sortie dans les années 90, on aurait sans doute vu Monica s’afférer à préparer des petits plats pour la semaine dans plus d’un épisode de Friends. Mais n’est pas Monica Geller qui veut, alors voici quelques règles de base pour commencer le batch cooking sur de bonnes bases.

  1. Tous les types d’aliments n’ont pas les mêmes durées de conservation. Veillez donc à consommer plus rapidement les plus fragiles.
  2. Sur le même thème, les vitamines et les minéraux des crudités sont sensibles à la lumière et à l’air, on évitera donc de les couper en avance.
  3. Et s’il y a des restes ? Pas besoin de jeter ! Si vous n’avez pas préparé votre plat à base d’aliments déjà congelés, vous pouvez le conserver pour une longue durée au congélateur. Dans le cas contraire, incorporez-le à votre lunchbox pour le lendemain.
  4. Certains assaisonnements ont tendance à « cuire » les aliments. Pour éviter de jeter votre salade devenue toute ramollo, préparez assez de vinaigrette pour la semaine et conservez-la à part dans un bocal en verre.
  5. À propos de bocaux, ce sont eux que l’on privilégiera pour conserver vos préparations de batch cooking. Les contenants en plastique ont la fâcheuse tendance à libérer des particules de micro plastique et autres réjouissances dans les aliments qu’ils contiennent. Attention cependant à ne pas congeler un bocal en verre, au risque de le voir exploser dans votre congélateur. Vérifiez la composition de vos contenants en plastique pour la congélation, tous ne sont pas toxiques.
  6. Pas assez de bocaux dans vos placards ? N’hésitez pas à utiliser bols et saladiers pour contenir vos céréales. Pour les recouvrir, l’idéal reste du tissu enduit de cire d’abeille (qui remplace à merveille le film plastique) ou tout simplement d’une assiette, ça marche aussi.

Enfin, le but du batch cooking n’est pas de se rajouter une source de stress supplémentaire. Chacun a ses habitudes culinaires, et libre à vous de préparer votre choucroute en avance ou pas. Si vous trouvez les principes du batch cooking trop contraignants, vous pouvez bien évidemment l’adapter à vos propres besoins, prendre un conseil par-ci et une bonne habitude par là, ou allez vous promener le dimanche, c’est aussi une activité tout à fait honorable. 

Texte : Victoria Marty